Séries

The Sinner, brillant thriller psychologique

12 octobre 2017
The Sinner Cora

The Sinner. Voilà ma dernière claque sériesque. Pour ne rien vous cacher : j’ai salement binge-watcher les huit épisodes de la saison en même pas deux jours (comprendre : 3 épisodes le premier soir, les 5 suivant le lendemain). Pour faire simple : il faut ABSOLUMENT que vous regardiez cette série. Pourquoi ? Je vous explique quelques lignes plus bas.

Synopsis : Cora Tannetti, jeune mère de famille, entre dans une rage inexplicable et commet un acte irréparable. Pourquoi ?

Cet article ne contient pas de spoiler
La bande-annonce (que je ne vous conseille pas de regarder si vous voulez garder toute la surprise)


The Sinner maîtrise tension et suspens

– Jessica Biel. Voilà une actrice que je connais depuis toujours sans la connaître vraiment. Je l’ai découverte comme beaucoup dans la série 7 à la maison. Et puis voilà. Je n’ai pas suivi son parcours plus que ça. Mais alors soyons clair : sa performance dans The Sinner est tout bonnement exceptionnelle ! De l’émotion, de la souffrance, un peu de joie parfois, de l’incompréhension, du doute. La complexité de Cora est au cœur de la série et Jessica Biel est parvenu à nous faire découvrir ses multiples facettes.

The Sinner Cora Mason

– Finalement, la série ne tient presque que sur les épaules de Cora. Mais d’autres personnages ont quand même leur importance, soyez-en sûr.

  • À commencer par Harry Ambrose (joué par Bill Pullman qui ressemble quand même beaucoup à Robin Williams) que j’ai beaucoup aimé mais dont je n’ai pas forcément compris l’utilité de sa storyline sur sa vie personnelle (même s’il partage une blessure similaire à Cora).
  • Il y a aussi Mason, le mari de Cora. Soyons-clair, il ne sert pas à grand chose mais j’avais envie de l’évoquer car son interprète, Christopher Abbott, a des airs de Kit Harington. Genre vraiment. Donc autant vous dire que niveau jeu d’acteur un peu mou, c’était aussi similaire (même si ce cher Kit s’est quand même bien amélioré depuis la S1 de Game of Thrones).
  • Et puis n’oublions pas les parents de Cora, en particulier sa mère, Elizabeth Lacey, qui tient aussi une grande importance dans le développement du personnage. Cette mère ignoble, extrémiste catholique complètement frappée. Le personnage est détestable au possible et Enid Graham est quand même bien flippante par moments.
  • Je ne peux pas vous parler de la famille de Cora sans vous parler de sa sœur, Phoebe, malade depuis sa naissance. Et c’est Cora qui en est tenu responsable par sa mère car, si elle est malade, c’est parce que Cora a puisé trop d’énergie quand sa mère était enceinte d’elle (quand je vous dis qu’elle a un gros souci). Imaginez un peu le niveau de culpabilité.

The Sinner Cora Phoebe

– Mais ce dont il faut que je vous parle quand je vous parle de Phoebe, c’est surtout de la relation qu’elle entretient avec Cora. Une relation entre sœurs vraiment pas commune. Déjà, du fait de sa maladie qui fait qu’elle ne peut quitter sa chambre, Phoebe vit complètement à travers sa sœur, qui elle, peut vaquer à ses occupations comme elle l’entend (plus ou moins librement). Si quand elles étaient enfants cela avait un côté un peu drôle et touchant, leur relation est devenue beaucoup plus malsaine au fil des années. Sans trop en révéler, autant vous dire que c’est vraiment creepy et malaisant. Malgré tout, Phoebe est un personnage aussi complexe que Cora, et qui sait être aussi attachante qu’elle.

– Parlons maintenant de la construction de The Sinner et laissez-moi vous dire que le storytelling est maitrisé à la perfection. Sans nous perdre complètement, on arrive à nous raconter le présent, le passé, l’irréel, le cauchemar ou le rêve. On va à la fois découvrir dans un même épisode l’enfance de Cora puis des flashback de la soirée qui a créé chez elle un traumatisme. Les différents temps et espaces (des bribes de souvenirs, des cauchemars, des choses dont on n’est pas sûr qu’elles se soient réellement passées) s’entremêlent sans que ça fasse un gloubiboulga imbuvable. Chapeau.

– Le suspens est haletant, genre vraiment. En commençant la série, je ne m’attendais vraiment, vraiment pas à ce que j’allais voir lors de la résolution de l’histoire. Tout ce dénoue petit à petit. Ça ne traine pas en longueur dans le sens où on apprend de nouvelles choses à chaque épisode, de nouvelles révélations, mais qui apportent d’autres questions jusqu’au dénouement final. C’est vraiment rondement mené ! Et je me demande comment cette histoire tordue a pu émerger de l’esprit de Petra Hammesfahr, autrice du roman à l’origine de la série.

The Sinner Harry

– C’est pour ça que je suis franchement ravie d’avoir regardé The Sinner d’une traite, une fois que la saison entière a été diffusée, plutôt que d’attendre chaque semaine le nouvel épisode. Bravo aux personnes qui ont réussi à attendre une semaine entre chaque épisode, vraiment. La tension est tellement forte, le suspens haletant et chaque épisode se termine sur un questionnement et une envie d’en savoir plus. Sans parler des gros cliffhanger qui te font tomber de ton canapé. Bref, c’est vraiment une série qui se binge-watche, ce que j’ai fait sans m’en priver.

– Visuellement, The Sinner est bien travaillé. Notamment dans tout ce qui concerne les rêves/bribes de souvenirs/flash de mémoire. C’est énigmatique et assez esthétique. Là où il y a aussi une vraie importance, c’est du côté de la musique, un élément clé de l’intrigue (vous le comprendrez assez rapidement). Je pense qu’il faut vraiment être attentif au moindre détail, visuel ou sonore. Vraiment chaque petit détail a son importance dans la série, gardez l’œil et les oreilles ouvertes.

– Et après tous ces compliments, je vais parler de ma déception sur un élément de la série. Il y a une grosse incohérence qui me turlupine depuis que j’ai terminé The Sinner. Alors attention, ici, je vais SPOILER la série pour pouvoir expliquer ce détail. NE LISEZ PAS ce paragraphe si vous n’avez pas vu la saison, au risque d’être très déçu de connaître la fin ! C’est parti : quand on apprend que ce n’est pas Maddie mais Phoebe qui est décédée et qui a été enterrée dans la forêt, on se questionne de suite : pourquoi les parents de Cora lui ont dit qu’elle était morte un mois après son départ alors qu’elle était en fait partie avec Cora depuis le début ? À cela, leur mère nous donne un début d’explication quand Cora lui pose la question : “Je pensais que vous étiez partie en Floride car je savais que vous prépariez un plan pour partir, c’est pour ça que je n’ai pas donné l’alerte de votre disparition.” Cette explication aurait pu être valable SAUF QUE : deux mois après avoir disparu, Cora réapparaît. Sans sa soeur. À ce moment là ses parents ne se sont pas dit : Merde pourquoi elle revient seule ? Où est notre autre fille ? En plus Cora n’a aucun souvenir d’être partie avec sa sœur. Bref, cette incohérence m’a vraiment agacé et un peu gâché mon plaisir, je dois vous l’avouer !

The Sinner JD Maddie


En conclusion, la claque que je me suis prise en regardant The Sinner est bien présente. Toutefois, j’ai entendu des rumeurs concernant une possible deuxième saison et là, je dis non ! Il est clair qu’il n’y a pas de suite à avoir sur l’histoire de Cora, à la limite une anthologie pourrait se créer en continuant à suivre Harry Ambrose dans des enquêtes. Mais même pour ça, je ne suis pas franchement partante (car en plus, la storyline d’Ambrose semble elle aussi se boucler dans le dernier épisode). Si cela devait arriver, je trouve ça franchement pénible de vouloir à tout pris trouver des suites à des one-shot (comme pour Big Little Lies où des rumeurs de deuxième saison circulent aussi) parce que l’audience était là et que l’argent est bien rentrée dans les caisses.

Si vous avez aimé The Sinner :

Crédit photos : Peter Kramer/USA Network

  • Reply
    Nastasia
    13 octobre 2017 at 18 h 35 min

    J’ai découvert la série le mois dernier et tout comme toi j’ai regardé la totalité de la saison en 2 jours ! J’en ai d’ailleurs parlé rapidement dans mon dernier bilan culturel !
    J’ai tout de suite accroché et j’ai en effet été agréablement surprise par la performance de Jessica Biel.
    Le format d’une saison unique est idéal, l’intrigue est prenante, cela nous tient bien en haleine jusqu’au bout, et c’est parfait que cela ne dure pas plus. L’idée de base est finalement assez simple, mais la dimension psychologique apporte le petit plus.
    Haha je me suis faite exactement la même réflexion que toi concernant la disparition des sœurs !

    Belle soirée à toi

    • Reply
      anahaddict
      14 octobre 2017 at 8 h 23 min

      Bon bah je vois qu’on a totalement le même avis haha !
      Je vais filer lire ton bilan alors ;)

Répondre

Instagram

Follow Me!