Séries

GIRLBOSS : self-empowerment et hypocrisie

9 mai 2017
Girlboss Sophia jacket

Girlboss. Avec un nom pareil, vous vous doutiez que ça allait m’interpeller non ? Revoilà un nouveau cru made in Netflix comme il en sort tous les deux jours. Évidemment je me suis jetée dessus. Et forcément, j’ai binge-watché sévèrement.

Synopsis : Sophia Marlowe a 23 ans. Passionnée de mode, elle se lance en tant que vendeuse sur ebay en revendant une fortune des vêtements vintage trouvés dans des friperies.

Cet article ne contient pas de spoilers
La bande-annonce


Les qualités

– Commençons par un “point casting” car il est très plaisant ! Sophia est jouée par Britt Robertson que j’avais bien-aimé-mais-sans-plus dans The Secret Circle quand j’étais ado ! Là, le changement est radical et je trouve qu’elle s’approprie à merveille le personnage : elle est complètement délirante et on voit qu’elle s’éclate dans le rôle. J’ai eu un peu plus de mal avec Shane joué par Johnny Simmons car je revoyais sans cesse sa grosse tête de bébé niais de The To Do List (avec la géniale Aubrey Plaza de Parks & Recreation). La surprise, c’était de retrouver Dean Norris (aka Hank dans Breaking Bad), Jim Rash (Dean Pelton dans Community) et RuPaul Charles ! Franchement, le casting n’est vraiment pas dégueulasse non ?

– C’est agréable d’avoir un personnage féminin principal qui est imparfait. Sophia est parfois mauvaise et souvent égoïste. Elle est multiple car ça n’empêche pas pour autant d’éprouver de l’empathie envers elle (Girls devrait prendre exemple avec ses personnages détestables..) Après, Girlboss n’a pas inventée l’eau chaude pour autant. Dans le même genre (et même en mieux), je peux vous citer Chloe dans Don’t trust the B—- in appartment 23 (jouée par la géniale Krysten Ritter, aka Jessica Jones).

– Ce qui est encore plus agréable, c’est que Girlboss se déroule dans les années 2000. À cette époque, j’étais encore mi-enfant, mi-ado et quel bonheur de retrouver les musiques et le look des 2000 (qui était franchement horrible, et qui forcément, revient à la mode en 2017). Ça a déjà un petit côté nostalgique qui me plaît bien, à l’heure de MySpace et Ebay. En vrai, quand je vois Sophia, j’ai envie d’avoir sa garde robe, sans hésitation !

– Et même si on est au début des années 2000. Netflix a tenu à ce que la production sonne “d’actualité”. Du coup, c’était assez marrant de voir les sms s’afficher à l’écran mais avec le visuel du vieux téléphone Nokia. La mise en scène concernant le forum, à savoir le matérialiser, était aussi très intéressant. Même si là encore, on n’invente rien, c’est très similaire à ce qu’à fait le film Chatroom en 2010 (je vous le conseille d’ailleurs). Dans tous les cas, on a de nouveau une production léchée, colorée et avec beaucoup de rythme. Il faut dire que la créatrice du show n’est autre que Kay Cannon, qui est aussi derrière The Hit Girls, rien d’étonnant donc !

– La musique tient une place importante dans le show et j’ai trouvé la soundtrack franchement terrible. C’est punchy et très “self-empowerment”. J’ai eu un fou rire quand l’épisode 3 se lance sur Je veux te voir de YELLE. Je pense aux anglophones qui ont dû danser là-dessus sans en comprendre un mot. Savoureux et tellement approprié. Mais en vrai, les musiques font vraiment ressortir l’esprit du show et cette envie d’émancipation et de self-empowerment : à commencer par Nasty Gal de Betty Davis évidemment. D’ailleurs, la plupart des chansons de la soundtrack sont chantées par des femmes, un choix qui n’est certainement pas anodin.

– En parlant de “self-empowerment” (un jour il y aura une bonne traduction française pour ce mot), c’est plutôt agréable de centrer la série sur une nana qui monte sa propre boîte à partir de rien, simplement par passion, et qui prouve à tous ceux qui ne croyaient pas en elle qu’elle est capable de ce qu’elle veut. Et qui en plus de ça, n’est pas la nana parfaite que tout le monde aime (parce que merde, arrêtez de nous demander d’être parfaites). Non franchement, ce serait sympa d’avoir plus de modèles de ce genre. Même si pour le cas de Sophia Amaruso, il y a un léger problème (que j’explique juste après).

– Aussi, on ne peut pas passer à côté de la relation entre Sophia et Annie. Une histoire d’amitié qui dure (malgré le caractère par franchement évident de Sophia) et qui fait plaisir à voir : à l’image de Paula et Rebecca dans Crazy ex-Girlfriend ou Jules et Ophelia dans Sweet/Vicious. D’ailleurs, Annie est un personnage franchement cool et pour lequel on éprouve énormément de sympathie. Je ne connaissais pas Ellie Reed, ça a été une belle découverte !

Girlboss Sophia Shop


Les défauts

– Le majeur souci de Girlboss selon moi, c’est Sophia Amaruso, la vraie cette fois. La série est inspirée de son autobiographie du même nom et c’est bien là le problème : c’est son histoire, selon elle. Du coup, ce qu’on ne dit pas (même si on en n’est pas encore là dans l’avancée de l’histoire), c’est ce qu’est réellement Sophia Amaruso : une connasse qui se dit féministe. Non parce que, licencier abusivement des nanas enceintes, c’est quel genre de féminisme ça ? Bon.

– D’autant plus que NastyGal… et bien ça n’existe plus ! Notre chère Sophia, bien dans la merde, a fermé boutique et revendu en 2017. NastyGal a été racheté par Boohoo.com. Donc je trouve cela un peu étrange de raconter la “success story” d’une nana qui a complètement planté son entreprise… Mais bon, on met bien sur un piédestal des tonnes d’hommes d’affaires qui étaient des tyrans avec leurs employés et leur proches (coucou Steve Jobs), donc bon.

– Sans oublier le nom : NastyGal. On l’apprend rapidement dans la série, le nom est tiré d’une chanson de Betty Davis. Sauf que… en 2015, Sophie Amaruso a gueulé pour faire interdire à un documentaire sur Betty Davis d’utiliser le nom “Nasty Gal”, c’est quand même fort de café non ?

Girlboss Sophia Shane

– En vrai, la chose qui m’a le plus énervé dans Girlboss c’est ce foutu anachronisme du pilot. Que les choses soient claires : sur sa carte d’identité, on voit que Sophia est née en 1983. Elle dit qu’elle a 23 ans. Donc : la série se déroule en 2006. Et là qu’est-ce que je vois ? Quand Sophia se prépare pour son shooting elle se maquille avec… la Naked 2 d’Urban Decay sortie en… 2012 ! Comme si on allait réussir à filmer ça sans que je ne m’en rende compte ? J’étais outré ! D’ailleurs je me pose la même question avec Je veux te voir de Yelle, que Sophia écoute dans l’épisode 3. La chanson est sortie en 2007, même si techniquement elle a été postée sur MySpace en 2006. Alors ok, Sophia utilise MySpace, mais je doute que l’engouement pour cette chanson soit passé outre-atlantique dès 2006 non ? Mais je spécule peut-être !


Girlboss est une série rafraîchissante, encore plus en tant que nana qui ai grandi dans les années 2000. Mais il faut vraiment se détacher de la personne dont est inspiré la série pour apprécier. Je trouve ça franchement dérangeant de faire une série à sa gloire quand on voit comment elle s’est comportée avec son entreprise et ses employées. D’autant plus que je doute que cela soit réellement montré dans de prochaines saisons. Mais si on se débarrasse de tout ça, on a une héroïne mi-badass mi-connasse qui fait ce qu’elle veut quand elle veut et ça : je dis oui.

Si vous avez aimé Girlboss :

Crédit photos : Netflix/Karen Ballard

  • Reply
    Les carnets de Sophie
    9 mai 2017 at 19 h 00 min

    Effectivement je ne me suis pas renseignée sur la “vraie” histoire et son personnage et je n’ai vraiment pas fais attention aux détails de la naked 2 etc… du coup super intéressant ton article !

    • Reply
      anahaddict
      9 mai 2017 at 20 h 08 min

      Pour la Naked 2, je m’emporte dans l’article, mais c’est pour rire hein ^^ Ca m’a fait marrer car j’ai de suite repéré ce détail alors qu’en fait on l’a voit à peine pendant tout juste une seconde :’) En tout cas, merci pour le compliment :D

  • Reply
    Tequi
    10 mai 2017 at 9 h 42 min

    Je pense que justement c’est pour ce que tu expliques sur la vraie Sophia que j’ai eu tant de mal avec le personnage. Tu la compares avec Chloe, mais celle-ci était totalement fictionnelle et l’outrance pouvait passer.
    Alors que là, sachant que c’est issu d’une autobiographie, on se dit pas que la nana est réellement comme ça, on se dit que c’est l’image qu’elle a d’elle-même ! Et encore je ne savais rien d’elle donc j’apprends dans ton article que c’est une vraie connasse ! lol

    Par contre contrairement à toi j’ai adoré le personnage de Shane, mais je n’avais pas d’à priori sur l’acteur !

    • Reply
      anahaddict
      10 mai 2017 at 10 h 31 min

      Je pense que la vraie Sophia est pire que celle de la série haha Oui je fais la comparaison avec Chloe car j’ai lu des articles élogieux sur le fait que le personnage principal soit “imparfait et méchant” et que c’était trop cool alors que Chloe est bien mieux (et comme tu dis, pour le coup c’est totalement fictionnel et poussé à l’extrême).
      Bah j’ai bien aimé le personnage aussi, mais je revoyais juste toute le temps sa tête de gros bébé et sa coupe de Justin Bieber dans le film The To Do List, j’avais du mal à m’en détacher :’)

  • Reply
    Evangeline
    10 mai 2017 at 14 h 00 min

    Perso, j’ai un peu de mal à accrocher. Je trouve le personnage principal vraiment détestable et agaçant. Je vais continuer à regarder parce que je suis curieuse de connaître son évolution mais ce n’est clairement pas un coup de coeur.
    Je suis contente de voir que je n’ai pas halluciné et qu’elle a bien utilisé une palette Naked XD.

    • Reply
      anahaddict
      10 mai 2017 at 17 h 04 min

      AH et moi je suis ravie de ne pas être la seule à l’avoir vu ! Je ne suis donc pas folle :’)
      Je peux comprendre qu’on accroche pas avec un personnage comme ça, mais je trouve qu’elle n’a pas que des travers ^^

  • Reply
    Eva
    11 mai 2017 at 9 h 23 min

    Je ne connaissais pas cette série mais tu m’as carrément donné envie d’essayer ! Je la note de suite :)

    • Reply
      anahaddict
      11 mai 2017 at 9 h 48 min

      Ah bah je suis ravie que tu la découvre ici ! En espérant qu’elle te plaise :)

  • Reply
    Chacha
    11 mai 2017 at 13 h 28 min

    Pour avoir lu le livre, je trouve qu’ils ont un peu exagéré le personnage. Ils ont trop voulu la faire passer pour une “rebelle”.
    Concernant, ton paragraphe sur le fait qu’ils fassent une histoire sur une fille qui a planté sa boîte. Je pense que c’est une bonne idée. L’échec n’est pas une tare en soit. Le plus important c’est d’avoir essayé et d’en tirer les leçons. Tout le monde n’a pas la capacité, ni le courage de monter un projet comme ça.
    De plus , Girlboss, Sophia n’en a pas fait seulement une entreprise, mais un mouvement qui lui continue sous le même nom.

    • Reply
      anahaddict
      11 mai 2017 at 21 h 12 min

      C’est pas franchement l’échec qui me dérange car comme tu le dis, ce n’est pas une tare. C’est plutôt Sophia en elle-même, qui met en avant le féminisme de son projet mais qui est loin de l’être..

  • Reply
    Kantutita - Birds and Bicycles
    19 mai 2017 at 16 h 41 min

    Coucou! Alors moi j’ai aussi dévoré la saison 1 et j’ai A-DO-RÉ!
    J’avais aussi lu le livre et trouvé sympa mais sans plus, et là ils ont réussi à en faire une histoire haute en couleur.
    J’adore le personnage principal, la bande-son, les looks… mais comme tu dis c’est une vraie connasse, et je ne doute pas qu’elle fasse des saloperies à son entourage et à ses employées dans les prochaines saisons.
    (Par contre la B*** in apartment 23 j’ai détesté, regardé quelques épisodes pour voir mais les personnages étaient trop insupportables pour moi :P)

    • Reply
      anahaddict
      19 mai 2017 at 17 h 23 min

      Contente qu’on partage le même avis, perso je n’ai pas lu le livre mais je n’ai pas franchement envie ! Je préfère suivre la série :) Ahah je peux comprendre qu’on n’aime pas le personnage d’Appartment 23, moi je l’ai trouvé tellement fun (tellement il est improbable en vrai, je doute qu’on rencontre vraiment quelqu’un qui cumule tout ça en vrai)

Répondre

Instagram

Follow Me!